Stress au travail

d’après INRS ()

Plus d’un salarié européen sur 5 déclare souffrir de troubles de santé liés au stressau travail.
Le phénomène n’épargne plus aucun secteur d’activité. La démarche de prévention collective consiste à réduire les sources de stress dans l’entreprise en agissant directement sur l’organisation, les conditions de travail, les relations sociales…

On parle de stress au travail quand une personne ressent un déséquilibre entre ce qu’on lui demande de faire dans le cadre professionnel et les ressourcesdont elle dispose pour y répondre.
Les situations stressantes qui s’installent dans la durée ont toujours un coût pour la santé des individus qui les subissent. Elles ont également des répercussions négatives sur le fonctionnement des entreprises (turnover, journées de travail perdues, perte de qualité de la production, démotivation parmi les équipes…).

Bon stress ? Mauvais stress ?

Selon des idées répandues, le bon stresspermettrait aux salariés de donner le meilleur d’eux-mêmes, tandis que le mauvais stressrendrait malade. Il n’y a pourtant scientifiquement ni bon, ni mauvais stress mais un phénomène d’adaptation du corps rendu nécessaire par l’environnement. Il faut en revanche différencier « stress aigu » et « stress chronique » qui ont des effets distincts sur la santé.

L’état de stress aigu correspond aux réactions de notre organisme quand nous faisons face à une menace ou un enjeu ponctuel (prise de parole en public, changement de poste, situation inattendue…). Quand la situation prend fin, les symptômes de stress s’arrêtent peu après.

L’état de stress chronique est une réponse de notre corps à une situation de stress qui s’installe dans la durée : tous les jours au travail, nous avons ainsi l’impression que ce que l’on nous demande dans le cadre professionnel excède nos capacités. Le stress chronique a des effets néfastes pour la santé.

Le stress provoqué par le travail est la première cause d’arrêt maladie (surmenage, burn-out).

Mécanismes du stress

Le stress entraine un déséquilibre du système nerveux. Les manifestations provoquées sont très variables, nombreuses et d’intensité plus ou moins violente. Elles varient d’une personne à l’autre.
Pour certaines, la migraine ou les maux de tête seront leurs manifestations principales, pour d’autres ce sera l’eczéma ou des insomnies.
Certains individus stressés peuvent également présenter plusieurs manifestations associées. La fatigue peut représenter également une manifestation d’un stress chronique.

Le travail implique souvent des postures prolongées et/ou des gestes répétitifs susceptibles d’entraîner des douleurs à divers segments du corps (nuque, épaules, dos, bras, poignets, etc…)pouvant même devenir chroniques.

De plus le stress peut aussi être dû à la somme de travail, poussant l’individu à davantage production, soit par esprit de compétition, soit pour obtenir une promotion ou même tout simplement pour conserver son emploi en période difficile.

Employeurs, le stress de vos salariés vous coûte cher !

• 50% à 60% de l’absentéisme découle du stress.
• Son coût est estimé à 700 € par salarié et par an (arrêt maladie, perte de production…)
• 600 millions de journées de travail par an sont perdues dans l’UE.